Retour accueil

Vous êtes actuellement : CTSD et Carte scolaire 


"CP à 12" en REP+ : improvisation générale et remise en cause des PDMQDC

dimanche 25 juin 2017

La mesure de « CP à 12 » en REP+ mise en œuvre dès la rentrée prochaine dans notre département, se fait au détriment du dispositif PDMQDC et dans l’improvisation générale.

Alors que les collègues PDMQDC en REP+ viennent à peine de recevoir par SMS une notification de la disparition de leur poste pour les « redéployer » sur les CP, les IEN, mairies et dans un deuxième temps directions d’école, préparaient cette mesure depuis une bonne quinzaine de jours, avant même que le CTSD ait lieu et sans en avoir été informé.

Pour certaines écoles REP+, cela signifiera 6 ou 7 classes de CP à la rentrée. Comme tout cela se fait dans la précipitation au mois de juin, il faut prévoir un afflux de collègues - pour la plupart peu expérimentés - qui seront nommés à titre provisoire sur ces écoles et postes lors de la phase d’ajustement.

Il revient donc aux équipes, prises au dépourvu, de s’organiser comme elle peuvent pour garantir une mise en œuvre de qualité (pédagogique et spatiale) d’ici deux mois !

Au-delà des questions de pertinence ou pas des « CP à 12 », la mise en œuvre de cette mesure, sans aucune préparation et après le 1er mouvement, démantèle le dispositif PDMQDC en REP+ :

  • Les PDMQDC rattachés à ces REP+ sont sollicités pour prendre les CP dédoublés, bien que cela soit présenté avec la possibilité « de prendre un autre niveau en accord avec l’équipe enseignante ». Ceux là même qui avaient choisi de s’engager sur ce dispositif qui date de 3 ans à peine, dont les équipes enseignantes se disent satisfaites dans leur majorité, et dont un bilan consolidé au niveau national n’a pas encore été fait ! On impose donc aux collègues, nommés à titre provisoire ou confirmés à titre définitif au premier mouvement, un changement de type de poste après le mouvement principal, du jamais vu dans le département  ! Ils avaient obtenu en mars des postes PDMQDC qui seront totalement redéfinis en septembre en postes classe de CP qu’ils n’avaient absolument pas demandés !
  • La DASEN a prévenu ces collègues qu’ils pouvaient royalement participer à la phase d’ajustement… au barème, et sans même bénéficier d’une priorité !!!
  • Le travail engagé dans les autres classes (CE1, parfois CE2 ou GS) tombera à l’eau l’année prochaine alors que le dispositif se mettait en place, transformant aussi les manières de travailler en équipe, modifiant et harmonisant des pratiques pédagogiques au travers des co-interventions, et servant de « pollinisateur » de pratiques. L’effet de passerelle entre les niveaux de classe, une certaine continuité dans le cycle et la possibilité de regards croisés qui voyaient le jour, se développaient ou s’approfondissaient, seront mis à mal dès la rentrée et définitivement menacés par la disparition de ce dispositif.
  • La confiance des équipes s’installait dans les écoles, les classes « s’ouvraient » à d’autres regards et pratiques, les élèves montraient un regain de motivation et d’engagement entraînés par les dynamiques d’enseignement et les projets... Et voilà que dans les REP+ dès la rentrée, il n’y aura plus de PDMQDC intervenant chez les GS et CE1. Alors que ce niveau particulièrement hétérogène profitait pleinement des atouts du PDMQDC (en lecture, production d’écrits, maths...).

Quant à la question des locaux, toutes les écoles ne sont pas sur un pied d’égalité.

La mairie d’Orly a d’ores et déjà annoncé la « solution » proposée face au manque de salles libres dans certaines écoles : partager la classe en deux avec une paroi fixe.

Une classe témoin a d’ailleurs été mise en place dans une école et les dimensions sont dignes d’un « cagibi ». Les déplacements sont difficiles et que dire des « coins » et espaces regroupement qui sont propres à des pratiques de réussite en CP ! Nous nous trouvons donc face à des choix fortement influencés par les propositions des communes selon ce qui leur convient le mieux (en termes financiers et technique), sans considérer la réussite des élèves, et les besoins pédagogiques d’un tel projet.

Enfin, les demandes d’ouvertures de postes PDMQDC de la part des 31 écoles de REP qui n’en bénéficiaient toujours pas sont restées lettre morte. On habille Paul en déshabillant Pierre !

Toute cette précipitation pour mettre en place quelques CP à 12 en REP+ n’est pas raisonnable.

Elle met à bas le dispositif PDMQDC sur ces écoles alors même qu’il était plébiscité par les collègues, et ne respecte pas le droit statutaire des collègues PDMQDC.

Elle ébranle les structures à deux semaines des grandes vacances.

Le communiqué national du SNUipp-FSU : " Plus de maîtres que de classes - Disparition programmée : les départements dans l’action"

Je clique pour signer l’appel du SNUipp-FSU pour la pérennisation et la généralisation du dispositif PDMQDC !  

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 9


SNUipp-FSU 94, Maison départementale des Syndicats,
11/13 Rue des Archives, 94000 CRÉTEIL (M° Créteil Préfecture)
Téléphone : 01 49 56 97 10
Portables : 06 30 84 20 25 (Emmanuelle), 06 26 30 36 09 (Cécile CHSCT), 06 60 21 22 19 (Thierry)
Courriel : snu94@snuipp.fr

La section est située au 5ème étage, bureau 518.