Retour accueil

Vous êtes actuellement : CTSD et Carte scolaire 


Déclaration du SNUipp-FSU, SNUDI-FO, SE-UNSA au CTP du 1er avril 2011

samedi 16 avril 2011

La saignée, la saignée vous dis-je !!!!!

Monsieur l’Inspecteur d’Académie,

L’annonce publique, lundi 28 mars, des mesures de carte scolaire concernant le Val-de-Marne découlant des 16 000 suppressions de postes décidées par le Ministre de l’Education nationale, a partout suscité indignation et colère.

Par cette déclaration les représentants des personnels tiennent à exprimer dans l’unité le rejet unanime des enseignants de ce qu’il faut bien appeler une saignée sans précédent qui serait imposée aux écoles du département.

Monsieur l’Inspecteur d’Académie,
Nous vous demandons solennellement d’écouter ce que des milliers d’enseignants, et avec eux de parents et d’élus expriment depuis que vous avez rendues publiques vos propositions de carte scolaire :

Tous vous demandent d’annoncer dès aujourd’hui :

  • l’annulation des 98 fermetures de classes
  • l’annulation de la suppression des 13 moyens supplémentaires lecture ou langue alloués aux ZEP,
  • l’annulation de la suppression des 6 postes surnuméraires E et G occupés à titre définitif par des enseignants spécialisés, titulaires de l’option.
  • Pour mémoire, ces postes dits de « surnuméraires » ont été créés en 2009 pour tenter de masquer la suppression des 1500 postes de RASED, avec l’assurance de la pérennité de ces postes dont vous avez annoncé lundi qu’ils n’ont jamais été budgétés.
  • l’annulation de la suppression de 2 postes G et de la fermeture d’une CLAD.
  • Ces mesures inacceptables, combinées à votre refus d’affecter lors de la phase d’ajustement, des volontaires non spécialistes sur les postes E des RASED restés vacants à l’issue du premier mouvement, poursuivent le processus de disparition des RASED après la tentative de destruction de 2009.
  • l’annulation des deux fusions d’école se traduisant par 2 écoles de très grande taille (15 et 18 classes) et des 4 fusions, de fait, par le blocage des postes de direction
  • le maintien de l’ensemble des postes d’assistants d’éducation
  • l’affectation d’AVS sur toutes les postes d’AVS vacants ou en congés maladie
  • l’ouverture immédiate des 25 classes (dont la transformation des ouvertures conditionnelles en ouvertures fermes) demandées par les parents et enseignants et les organisations syndicales.

La réalisation de ces premières mesures d’urgence permettrait de stopper la dégradation continue des conditions d’enseignement dans le département et ouvrirait la voie à la réussite de tous les élèves
Cela nécessitera :

  • une diminution générale des effectifs : 25 élèves maximum par classes en zone banale, 20 en ZEP, REP, dans les écoles reconnues avec des difficultés importantes, 15 en TPS et PS de maternelle.
  • le rétablissement de l’ensemble des postes du RASED supprimés depuis 2009 et la création des postes permettant d’avoir un RASED complet pour 4 écoles.
  • la création de postes d’enseignants moyens supplémentaires en ZEP pour que toutes les écoles ZEP puissent bénéficier de leurs interventions.
  • l’amélioration des décharges de direction pour toutes les écoles
  • la création de postes de titulaires remplaçants pour couvrir toutes les absences des personnels.
  • le départ en stage CAPASH d’un nombre d’enseignants au moins égal à tous les postes spécialisés vacants dans le département.
  • la création de postes et de classes spécialisées (CLAD, CLIS, Enseignant en IME, en EREA, en SEGPA), afin de répondre aux besoins spécifiques des élèves en grande difficulté ou porteur de handicap.

Monsieur l’Inspecteur d’Académie, la colère des enseignants est d’autant plus grande qu’aux mesures de carte scolaire s’ajoutent vos décisions inacceptables mettant en cause leurs droits et leurs garanties statutaires :

  • Le maintien d’un calendrier impossible pour le mouvement ! Réunir le CTP qui doit émettre un avis sur vos propositions de mesures alors que les personnels sont déjà engagés dans les opérations de mouvement est irrespectueux des personnels. A ce jour, certains, victimes d’une mesure de carte scolaire ont reçu un courrier, d’autres non. Le serveur n’a pu répondre à toutes les sollicitations durant plusieurs jours. Qu’en sera-t-il dès que vous aurez publié les mesures définitives sachant que la fermeture du serveur est prévue dès le 7 avril ? Il est de la responsabilité d’un employeur de s’assurer que tous les personnels soient traités avec équité, ce qui n’est plus garanti.
    Le gel de 52 postes de titulaires pour y affecter dès la rentrée en responsabilité des stagiaires sans formation initiale, dont 2 en ZEP,
  • La mise en place de 31 postes de Titulaires Départementaux de Circonscription qui ne garantissent plus aux collègues des affectations aux barèmes.
  • La fusion des BD et des TR renonçant définitivement à remplacer les collègues qui partent en stage de formation continue par un enseignant titulaire, ce qui est dommageable tant pour les élèves confiés à des étudiants que pour les étudiants qui se retrouvent face à une classe sans formation professionnelle préalable, conséquence de la réforme de la mastérisation que nous avons combattue et dont nous continuons de demander le retrait.

De même, nous nous interrogeons sur la réelle consultation des instances dans la mesure où vous appliquez les mesures sans même avoir réuni toutes les instances nécessaires : comment l’avis du CDEN peut-il être pris en compte puisque la participation des personnels au mouvement sera terminée lorsqu’il sera réuni ?
Nous notons également que la transmission en début de séance, des documents de travail nécessaires entrave les élus du personnel dans leurs fonctions et ne donne pas toutes les garanties d’un bon déroulement de ces séances.
Nous insistons sur le fait que le travail préalable des élus est primordial pour organiser nos interventions et donner un avis étayé, ce qui nécessite donc de disposer de documents dans le respect des délais règlementaires.

Monsieur l’Inspecteur d’Académie, nous vous demandons solennellement, dans l’unité, de reporter d’au moins une semaine la date de clôture du mouvement, d’abandonner les postes TDC, la fusion des postes de BD et de TR, le projet de réserver 52 postes pour les PES et de respecter les règles statutaires et les prérogatives des élus du personnel à la CAPD et des droits syndicaux.
L’avenir de la jeunesse ne peut être sacrifié sur l’autel de la réduction des déficits publics.
Malgré la date du 1er avril, ces demandes sont très sérieuses.

Notre département nécessite un plan d’urgence.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 13


SNUipp-FSU 94, Maison départementale des Syndicats,
11/13 Rue des Archives, 94000 CRÉTEIL (M° Créteil Préfecture)
Téléphone : 01 49 56 97 10
Portables : 06 30 84 20 25 (Emmanuelle), 06 26 30 36 09 (Cécile CHSCT), 06 60 21 22 19 (Thierry)
Courriel : snu94@snuipp.fr

La section est située au 5ème étage, bureau 518.