Retour accueil

Vous êtes actuellement : CAPD 


Déclaration du SNUipp à la CAPD du 13 Juin 2014

lundi 16 juin 2014

Réunis en CAPD, nous vous alertons sur les conséquences désastreuses qui seraient engendrées par la mise en oeuvre de cette réforme annoncée 2 semaines avant les congés dans le département : les personnels ne sont pas taillables et corvéables à merci. Cette réforme, imposera des changements importants dans la vie professionnelle qui modifieront, voire aggraveront les conditions de vie des collègues ; c’est d’autant plus inacceptable qu’aucun d’entre eux n’aura été consulté ni par l’employeur, ni par la commune où ils exercent.

A moins de 3 semaines de la fin de l’année scolaire, les élèves, enseignants et parents sont confrontés à de nombreuses incertitudes concernant l’organisation de la semaine scolaire.
Le Ministre lui-même ignore la proportion d’élèves qui seront en classe 9 ½ journées et ceux qui auront un après-midi libéré.
Qu’il s’agisse du nombre de ½ journées travaillées, du nombre d’heures travaillées sur chacune des journées, du choix de la matinée supplémentaire, chacun est dans l’incertitude et ne peut donc rien construire pour l’avenir.

Réunis en CAPD, nous vous alertons sur les conséquences désastreuses qui seraient engendrées par la mise en oeuvre de cette réforme annoncée 2 semaines avant les congés dans le département : les personnels ne sont pas taillables et corvéables à merci. Cette réforme, imposera des changements importants dans la vie professionnelle qui modifieront, voire aggraveront les conditions de vie des collègues ; c’est d’autant plus inacceptable qu’aucun d’entre eux n’aura été consulté ni par l’employeur, ni par la commune où ils exercent.

Une année scolaire se prépare bien en amont ; l’organisation d’une école ne s’improvise pas, surtout lorsque les personnels ne sont aucunement consultés sur les projets : horaires, utilisation des locaux, organisation du périscolaire sont des questions qui sont toujours en suspens. Les collègues sont dans la plus grande difficulté pour donner les informations nécessaires aux familles. Ce sont pourtant eux qui seront en première ligne pour gérer les problèmes de mise en oeuvre. Tout cela n’est pas acceptable.

Les demandes des collègues restent bloquées (temps partiels....) dans l’attente des décisions.

S’ajoutent toutes les difficultés cette année, engendrées par le mouvement lancé en aveugle : fonctionnement des écoles, mesures de carte scolaire, ouverture du serveur essentiellement pendant les vacances alors que les écoles ne sont pas joignables pour les collègues.....

La multiplication d’organisations scolaires au sein du département, d’une circonscription ou d’une commune entraînera de lourds dysfonctionnements dans les compléments de service des directeurs, des maîtres formateurs, dans la gestion des temps partiels et des remplacements. Le SNUipp-FSU exprime de fortes craintes par rapport à une désorganisation du service public sans précédent. Élèves et enseignants en feront les frais.

Depuis, le début, cette réforme pose problème. Largement contestée et plus particulièrement dans notre département où enseignants, parents et élus ont montré leur hostilité à sa mise en place (grèves massivement suivies pour les personnels, rassemblements massifs, audiences, expressions....) ; elle ne doit pas être généralisée et doit être réécrite.

Ce qui a été mis en œuvre cette année dans les autres départements le montre : en l’absence de cadrage national de l’Education nationale, ce sont les contraintes du périscolaire à la charge des communes ayant des possibilités de financements très fortement inégales qui déterminent les emplois du temps. A l’inverse, l’organisation des temps scolaires est devenue secondaire.

Les conditions de travail des personnels et les conditions d’apprentissage des élèves seront très dégradées si cette réforme est mise en œuvre à la rentrée dans notre département.

A cela s’ajouteront les autres difficultés qui ne sont toujours pas résolues : effectifs chargés, absence d’aide spécialisée dans un nombre important d’école, y compris dans des secteurs où les élèves sont déjà lourdement pénalisés, manque de formation continue.

Nous profitons du cadre de cette CAPD pour vous demander une nouvelle fois, de ne pas entraîner la désorganisation de nos écoles dans le département par la mise en œuvre de cette réforme à 2 semaines des congés d’été des élèves et des personnels.

Le SNUipp-FSU lance une alerte pour la rentrée. Cette situation exceptionnellement dégradée nuit aux élèves et aux personnels. Un cadrage national de l’Education nationale est indispensable et les autres revendications doivent enfin être entendues et traitées de manière urgente.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 6


SNUipp-FSU 94, Maison départementale des Syndicats,
11/13 Rue des Archives, 94000 CRÉTEIL (M° Créteil Préfecture)
Téléphone : 01 49 56 97 10
Portables : 06 30 84 20 25 (Emmanuelle), 06 26 30 36 09 (Cécile CHSCT), 06 60 21 22 19 (Thierry)
Courriel : snu94@snuipp.fr

La section est située au 5ème étage, bureau 518.