Retour accueil

Vous êtes actuellement : Action syndicale  / Vie des circonscriptions 


Des collègues témoignent : où en sommes nous là où les écoles ont rouvert dans le 94 ?

samedi 23 mai 2020

Dans la continuité de la campagne intersyndicale départementale que le SNUipp-FSU 94 avait appelée de ses vœux (qui a débouché sur une pétition signée par près de 4500 collègues et 1500 participants aux RIS intersyndicales en deux semaines) et suite aux articles que nous avons publiés sur le droit de retrait et les conditions de réouverture, nous avons été saisi par de très nombreux collègues concernant les conditions de cette reprise là où les écoles ont réouvert cette semaine.

Voici un florilège de réactions dans les communes
(liste non-exhaustive) où les écoles ont déjà rouvert

CRETEIL

« La moitié des collègues a repris l’enseignement à l’école, pour certains en mi-temps. Ils recevaient environ 60 élèves. Depuis lundi 18 mai, il y en a 74. Il y a 2 remplaçants sont sur l’école pour les aider. Des groupes montent jusqu’à 12 élèves, ce sont des groupes mixtes (2 niveaux) mais avec le même enseignant pour la semaine. »

« Les élèves sont des ayants droits, des prioritaires de second rang et quelques familles ayant des difficultés sociales, ainsi que des élèves en situation de handicap. »

Injonctions et sentiment général des collègues présents :

« Il n’y a pas de problème de matériel ni de pression. Par contre les collègues sont exténués au bout d’une semaine de travail et ont appelé à l’aide les collègues restés en télétravail. »

LE KREMLIN-BICÊTRE

« La réouverture a eu lieu le 18 mai. Il y a 8-9 élèves en élémentaire jusqu’au 02 juin. Sont accueillis uniquement les "ayants droits" (enfants de soignants, pompiers, policier…) et familles demandeuses. »

Sur le nettoyage et les conditions matérielles :

« Masques demandés reçus en quantité restreinte, mais suffisant jusqu’au 25 mai inclus. »

Injonctions et sentiment général des collègues présents :

« L’accueil des personnels de soignants est étendu, mais ce n’est pas la classe ! Chez les collègues ce sont la tristesse et l’abattement qui dominent. »

MAISONS-ALFORT

« Le ressenti général sur la ville est que le protocole sanitaire est applicable à Maisons-Alfort dans la mesure où très peu de classes sont ouvertes dans chaque groupe scolaire et que les groupes comportent au maximum 10 élèves. »

Injonctions et sentiment général des collègues présents :

« Le malaise vient parfois des réactions des parents, mécontents qu’il n’y ait pas de places pour accueillir leurs enfants. Dans certaines maternelles, l’équipe enseignante a transformé le préau en salle de classe pour respecter les distances. Chaque élève peut ainsi avoir son espace personnel. (super pour la socialisation !). »

Sur le nettoyage et les conditions matérielles :

« L’équipement, masques, visières, gants, gel, serviettes en papier jetables sont fournis par la mairie. La cantine fonctionne sous forme de repas froid. Le personnel communal est présent en nombre suffisant. »

NOGENT

« Reprise le 25 mai sans rentrée échelonnée. Nous avons dû refuser des demandes de parents dont les deux parents travaillaient, car nous n’avions pas assez de places. »

En élémentaire :

« 15 élèves par classe. »

En maternelle :

« 10 élèves par classe sans ATSEM, réquisitionnées pour assurer la désinfection générale de l’école. Priorité aux élèves de GS, car avec les PS et les MS il est difficile de leur faire respecter les gestes barrière, encore plus sans ATSEM. Les conditions seront trop difficiles à vivre pour eux et cela va à l’encontre du vivre-ensemble qu’on leur apprend et qui est fondamental en PS. »

Sur le nettoyage et les conditions matérielles :

« Masques en nombre suffisant, mais de piètre qualité (avec des ficelles), donc la majorité des enseignantes en amènent de chez elles. Le marquage au sol a dû être fait par les enseignantes alors que ça aurait dû être fait par la mairie. Pas de lingettes désinfectantes mais après demande, la mairie va nous fournir apparemment du produit et un chiffon qui nous dit-on sont aussi efficaces que les lingettes désinfectantes. »

Injonctions et sentiment général des collègues présents :

« Beaucoup de stress, de peur de faire courir des risques aux élèves mais aussi que cela nous soit reproché en ayant oublié un point du protocole, ou que l’on nous ait dit de ne pas en tenir compte alors qu’il fallait. »

ORLY

« La mairie a ouvert 3 pôles d’accueil maternelle et 3 pôles d’accueil élémentaire sur la ville. Elle souhaitait l’ouverture le jeudi 14. Les directeurs, avec soutien des équipes ont obtenu le lundi 18 mai pour avoir une semaine de préparation. »

« Tous les enfants de personnels "nécessaires à la Nation" ont été accueillis, plus ceux sur critères sociaux. »

« Très peu de familles veulent remettre leur enfant à l’école (entre autre parce que ce n’est pas leur école). »

En maternelle :

« Pour les familles qui travaillent, nous n’avons pas pu accepter certains de petite section, mais avec des changements d’avis de parents ça devrait se régler d’ici la semaine prochaine. »

« Choix de l’équipe : 8 chez les moyens / grands, 6 chez les petits, avec 2 enseignantes par classe. Après avoir accepté oralement lundi et mardi, l’IEN a mis pression sur l’équipe par courrier jeudi puis en venant vendredi pour qu’on ne soit pas 2 enseignants par classe. Vendredi il a parlé de la nécessité d’augmenter, d’un élève de plus d’abord puis… Dimanche, nouveau mail contre l’organisation avec deux enseignants. L’IEN est venu le lundi matin à l’école, a tourné, remarqué les enfants absents, réinsisté, voulu faire sortir une délégué syndicale du SNUipp-FSU de l’école, fait partir deux AESH alors qu’il nous en avait parlé comme des aides possibles le vendredi… »

Sur le nettoyage et les conditions matérielles :

« Pas de gel hydroalcoolique pour notre semaine de prérentrée. De tous petits flacons ont été livrés le vendredi après midi en nombre insuffisant, juste un par enseignant. Formation clairement insuffisante. »

Injonctions et sentiment général des collègues présents :

« Chez les collègues, beaucoup de sérieux, mais aussi beaucoup de préoccupation. »

« Sur les pressions de l’IEN : "on a pas besoin de ça", "ils devraient nous soutenir et nous aider", "est ce qu’on va tenir ?" »

LE PLESSIS-TREVISE

« 11 et 12 mai, prérentrée des enseignants uniquement. A partir du 14 mai, GS – CP et CM2 en jours alternés. A partir du 25 mai ouverture potentielle autres niveaux d’élémentaires. A priori, pour le moment pas de retour des PS et MS jusqu’à nouvel ordre. »

« Maximum 10 en élémentaire et 7 en maternelle. »

« Sont accueillis tous ceux dont les parents ont dit “oui” en jours alternés pour les 3 niveaux + ayants droit de tous niveaux accueillis tous les jours pour lesquels les parents sont demandeurs. »

Sur le nettoyage et les conditions matérielles :

« Aucun problème pour l’instant. Mais le nombre de point d’eau sera plus problématique avec un grand nombre d’élèves. »

Injonctions et sentiment général des collègues présents :

« Aucune pression, construction de la reprise dès le 30 avril avec le maire qui avait la volonté d’ouvrir et l’IEN présent sur cette réunion avec un travail collectif d’harmonisation des 8 directrices et directeurs du Plessis et information des Parents d’élèves en aval. Nous passons de belles journées pour le moment, mais ce sentiment peut être différent sur d’autres écoles de la ville. »

SAINT-MAUR

« La réouverture des écoles s’est faite sans concertation entre la mairie, la hiérarchie et les équipes. Le calendrier choisi par la mairie à été de rouvrir à partir du 12 mai et ce jusqu’à fin juillet. Nous avons pris un effectif de 8 élèves par classe mais avec 2 places en plus "au cas où" pour accueillir les enfants prioritaires des maîtresses qui seraient malades. »

« Toutes les écoles sont ouvertes à l’exception de l’école du centre et les écoles maternelle et élémentaire Les Chalets qui ont ouvert lundi 18 mai. Quant aux écoles Marinville, elles sont de nouveau fermées depuis le 18 mai suite à un cas de Covid diagnostiqué chez un enfant : ce qui participe à l’inquiétude générale, c’est que la mairie ne communique pas sur les décisions prises. »

« Les enfants accueillis sont les ayants droits puis les prioritaires de second rang, puis les enfants décrocheurs et ensuite toutes les familles demandeuses jusqu’à "limite des places disponibles". Sachant que beaucoup de famille étaient demandeuses en CM1, ils n’ont pas eu beaucoup de jours d’école au mois de mai, mais nous n’avons pas le choix et les parents ont du mal à le comprendre… »

Sur le nettoyage et les conditions matérielles :

« RAS niveau matériels, masques, marquages, désinfections, accès aux points d’eau, gel savon… »

Injonctions et sentiment général des collègues présents :

« Bien sur nous avons eu la pression de la part de l’IEN et de la mairie notamment pour les maternelles. Nous n’aurions pas dû rouvrir au vu des conditions à respecter à cause du protocole sanitaire, clairement non applicable en maternelle… Nous allions bien évidemment continuer d’accueillir les enfants prioritaires mais avec un roulement sur la semaine avec presque toutes les enseignantes de l’école. A cause de cette pression, nous avons du rouvrir l’école et donc accueillir des GS au moins 4 par classe ce qui est assez épuisant, mais aussi contraignant au vue des mesures à respecter. »

« Certains parents sont très agressifs. Ils trouvent que les enseignants prennent trop de précautions et se permettent d’écrire des propos inconvenants. Les collègues sont ainsi exposés sans aucune protection de la hiérarchie. C’est le malaise qui domine. Les enseignants fournissent de gros efforts bien que présents dans les écoles, ils continuent l’enseignement à distance. »

« Nous nous sentons abandonnées et prises pour des cobayes de l’éducation nationale car nous n’avons jamais les mêmes consignes, jamais les mêmes informations sur comment accueillir les élèves ou comment s’organiser… L’IEN, pour se donner bonne conscience, nous bombarde de mails avec des ressources que nous n’avons même pas le temps d’ouvrir. Nous devons assurer la classe avec nos élèves ET le suivi à la maison, car les enseignant.e.s non présent.e.s ne veulent et ne peuvent pas assurer pour l’école le distanciel de toutes les classes (nous sommes une grosse école). On nous met la pression pour rendre des effectifs des classes pour l’année prochaine, pour rendre les tableaux d’accueil des élèves pour début de juin, sans aucun délai accordé. Avec des réunions incessantes entre nous même les jours fériés ou sur des weekend, cela devient n’importe quoi. Il faut satisfaire le plus grand nombre et qui nous satisfait nous ? On ne nous demande même pas notre avis, on à même pas le choix. »

« On guette chaque annonce officielle télévisée pour voir s’ils ne vont pas se contredire par rapport au mois dernier, ou s’ils ne vont pas nous demander des choses à faire en plus sans même prendre en compte la faisabilité de leur demande, sans même prendre en compte le danger pour notre famille d’être en classe toute la semaine. Ils ne sont pas sur le terrain et ne savent pas ce que l’on vit au quotidien. J’ai 8 élèves par jours mais je suis épuisée comme si j’en avais 30 c’est beaucoup plus stressant nerveusement. »

SUCY-EN-BRIE

« Le calendrier choisi par la mairie, sans aucune concertation avec les directeurs et directrices, en particulier pour les écoles maternelles a été d’ouvrir dès le jeudi 14 mai toutes les écoles de la commune sans savoir si le protocole sanitaire pouvait être mis en place. »

« Fait à marche forcée. Le mardi 12 mai, le protocole sanitaire n’était pas mis en place par la mairie mais c’est la collègue présente qui a tout installé seule aidée par la décharge de la directrice et une ATSEM. »

« Les enfants choisis prioritaires uniquement les ayants droits puis les familles demandeuses jusqu’à la limite des places disponibles. »

En maternelle :

« Nous nous sommes basées sur la préconisation mise en place par le SNUipp 94 pour 6 élèves par classe [elle était de 5 NDLR]. Donc seulement 3 enfants le jeudi 14 et vendredi 15 mai et une seule enseignante aidée par la décharge de la directrice. L’école aurait du être fermée au vu du contexte. La maire estimant que nous avions trop peu d’enfants accueillis dans notre école à apparemment fait le forcing à l’inspection pour créer un groupe supplémentaire d’enfants pris en charge par un collègue remplaçant à partir du 25 mai. Il y a eu des pressions de la mairie pour un accueil plus important d’enfants et l’inspection va dans son sens, tout en étant quand même conscient de la situation particulière de l’école.
Heureusement que nous sommes une équipe soudée et que nous avons aidé et soutenu notre collègue via des sessions de visioconférence.
 »

Sur le nettoyage et les conditions matérielles :

« Les masques mis à la disposition de nos collègues sont de piètre qualité. »

VILLEJUIF

« A Villejuif, reprise des enseignants les 11 et 12 mai. Retour des élèves le jeudi 14 mai. »

En élémentaire :

« 10 enfants maximum. Sont accueillis les "ayants droits" (enfants de soignants, pompiers, policier…), prioritaires de second rang (enfants d’enseignants, de personnel communal, d’autres services publics ?), les familles rencontrant des difficultés sociales mais pas toutes les familles demandeuses. Car la jauge est limitée sur l’école, des enseignants n’ayant pas repris en présentiel. Ce qui crée une frustration de la part de certaines familles demandeuses. »

Injonctions et sentiment général des collègues présents :

« Pour l’instant, aucun problème matériel rencontré et aucune pression ressentie de la part de la commune ou de l’IEN »

« Satisfaction générale des collègues en présentiel même s’il y a un sentiment bizarre d’enseigner dans des classes peu actives et d’interdire plein de choses aux élèves pendant les récréations. »

VILLENEUVE-LE-ROI

« Nous avons accueilli par ordre de priorité :
  1. enfant des personnels indispensables à la vie de la Nation.
  2. enfants fragiles scolairement
  3. enfants dont les deux parents travaillent en présentiel. »

En maternelle :

« Nous avons 6 enfants maximum par classe. Les niveaux sont mélangés et les enfants n’ont pas forcément leur maîtresse. »

« J’ai trois enseignantes disponibles pour trois groupes. La quatrième est en arrêt pour garde d’enfants jusqu’au 2 juin. Si ce droit est renouvelé mes 3 collègues n’auront alors aucun jour en distanciel. Ce qui risque de fortement les fatiguer. En effet, elles ne pourront pas assurer distanciel et présentiel et risquent d’abandonner les enfants restés à domicile car nous n’avons pu les accueillir »

Sur le nettoyage et les conditions matérielles :

« La mairie nous a dépanné avec du gel et des lingettes désinfectantes en attendant la dotation éducation nationale. »

VINCENNES

En élémentaire :

« Le calendrier choisi par la mairie a été une reprise le 12 mai pour les CP, CM2 et ayants droit, le 2 juin pour les CE1. Les enfants sont à 15 max par classe, 2 groupes (lundi/ mardi et jeudi /vendredi + 1 mercredi sur 2). Toutes les familles qui le voulaient ont pu inscrire leur enfant. »

En maternelle :

« La réouverture a eu lieu le 12 mai après une journée de pré-rentrée.
Accueil uniquement des GS et des enfants des ayants droit. Pour l’instant des groupes de 5 enfants maximum mis en place (souvent 4 GS et un d’ayants droit). Nous n’avons pas d’information sur l’accueil des autres niveaux. Il semblerait selon notre IEN que cela ne soit pas prévu.
 »

« Beaucoup d’élèves de GS vont venir gonfler les groupes en juin, ce sera déjà plus compliqué car plus de 7 enfants par groupe semble très difficile, si on veut respecter le protocole. Mais ce qui serait carrément impossible serait d’accueillir les MS et les PS. Les pressions viennent surtout des parents eux-mêmes qui téléphonent pour demander quand l’accueil de leurs enfants aura-t-il lieu. »

« Organisation pour l’accueil des GS sur 2/2,5 jours : merci les 4,5 jours qui nous obligent à nous déplacer, dans les conditions actuelles, aussi le mercredi ! »

Sur le nettoyage et les conditions matérielles :

« Pour l’instant, les sols peu ou non lavés, les poubelles non vidées avec des gants et masques usagés, le mobilier de la cour et cour de récréation non nettoyés ».

« Après avoir contacté le premier jour les services de la mairie puis l’IEN pour me plaindre du nettoyage et de l’hypothétique désinfection, l’école est nettoyée et désinfectée tous les soirs. De plus les ATSEM fournissent un travail remarquable dans le respect du protocole sanitaire. »

« Les masques, gels hydroalcooliques... sont fournis en quantité suffisante. Le marquage au sol a été fait par la mairie à l’extérieur pour l’accueil et par nous dans la cour pour matérialiser un circuit de lavage des mains des l’entrée. »

« La situation est relativement gérable pour l’instant car nous avons des effectifs assez bas. »

Injonctions et sentiment général des collègues présents :

« Notre IEN a annoncé "l’interdiction du droit de retrait ou du droit de grève" en réunion de directeurs ! »

« Malgré tout cela, la plupart sont contents de reprendre car ceux qui étaient contre sont en arrêt. »

« Les collègues en présentiel font de leur mieux. Mais les journées sont longues car les activités possibles sont limitées. De plus, le présentiel se cumule au travail pour assurer la continuité pédagogique. C’est d’ailleurs mon cas puisque j’étais déchargée jusque là, mais ça va très vite devenir très sportif entre gestion de la direction, continuité pédagogique et accueil des élèves en présentiel ! »

« Ce qui est très difficile pour tous :
  1. d’assurer présentiel et distanciel (même si dans les faits on n’est pas obligés de le faire, il est impossible de le laisser à un collègue qui n’a jamais fait le niveau....)
  2. de faire tous les services, du non stop…
  3. le protocole sanitaire est trop contraignant et divise les équipes : il y a ceux qui le respectent ou essaient et ceux qui s’en moquent. L’ambiance est étrange.
  4. les enfants présents n’écoutent pas, ne se concentrent pas.
  5. de faire se laver les mains… Peu de lavabos, c’est long, très long...
  6. on va rendre les enfants hypocondriaques : lave tes mains, ne touche pas, éloigne toi… Je trouve que c’est horrible pour eux.
  7. le port du masque et des visières, essentiel mais quel impact sur les enfants ? »

Collègues en COLLEGE (Segpa, ULIS, PEGC)

« Etant en zone rouge il n’y a pas d’ouverture des collèges actuellement. Par contre je n’ai pas de consigne me concernant, à part les écrits du SNUipp-FSU et autres syndicats. »

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 1


SNUipp-FSU 94, Maison départementale des Syndicats,
11/13 Rue des Archives, 94000 CRÉTEIL (M° Créteil Préfecture)

Téléphone : 01 49 56 97 10

CAPD (carrières et questions individuelles)
Emmanuelle Jollet : 06 30 84 20 25
Thierry Guintrand : 06 60 21 22 19
Julia Andres : 07 67 70 35 02

CTSD (carte scolaire et questions collectives)
Cyrille Micheletta : 06 34 60 15 83
Marion Fouret : 06 75 00 42 02
Dominique Angelini : 06 20 54 36 61
Claudia Faddeeff : 06 07 44 45 64

CHSCT (sécurité et conditions de travail)
Cécile Quinson : 06 26 30 36 09
Marie Plaza : 06 50 53 81 78

CAAS (commission académique d’action sociale)
Patrice Leguérinais : 06 10 13 74 31

AESH (commission départementale AESH)
Magalie Trarieux : 07 83 85 68 70

Courriel : snu94@snuipp.fr

La section est située au 5ème étage, bureau 518