Retour accueil

L’association "Agir pour l’école" tente de s’imposer sur les maternelles de la Cité éducative de Créteil : les collègues des 5 écoles contactent les délégués des personnels et défendent leur liberté pédagogique !

vendredi 7 février 2020

L’association "Agir pour l’école" tente de s’imposer
sur les maternelles de la Cité éducative de Créteil :

les collègues des 5 écoles contactent les délégués des personnels et défendent leur liberté pédagogique !

Ce jeudi 6 février à midi se sont réunis une vingtaine de collègues, représentants des 5 écoles maternelles du quartier du Mont-Mesly à Créteil (Camus, Casalis, Jeu de Paume, Savignat, La Habette) en présence de représentants syndicaux du SNUipp-FSU et du Snudi-FO.

L’ensemble des enseignants de Grande section de toutes ces écoles ont en effet été réunis mardi 4 février dans l’après-midi par des représentants de la Direction académique. Tous les collègues avaient été remplacés. La réunion leur avait été présenté comme une formation, sur le sujet "Enseigner la phonologie en Grande section".

Outre l’équipe de circonscription au grand complet et Mme Del Bianco, IEN adjointe à l’Inspectrice d’académie, ils se sont trouvés en présence de deux représentants de l’association "Agir pour l’école" (APE).

Cette association est la branche éducation du think tank Institut Montaigne, "proche du patronat", subventionnée par des entreprises du CAC 40 (AXA, HSBC, Suez, Société générale, Dassault, Siemens, Servier…) et très lié à... Jean-Michel Blanquer.

Vous trouverez ici d’autres liens à propos d’APE :

Il leur a été présenté un protocole, à appliquer dès la rentrée des vacances de février, consistant à faire de la phonologie à haute dose, en "priorisant d’abord les enfants les plus performants" et en "mettant les autres en autonomie". Une même méthode de phonologie serait employée, basée sur la répétition (voir les articles ci-dessus). Des plaquettes ont été rapidement présentées, mais récupérées à la fin de la réunion.

Clairement, les collègues ont eu le sentiment
qu’on ne leur donnait pas le choix.

C’est pourquoi ils ont voulu en discuter pour prendre tout de suite une position commune, et demander une intervention des organisations syndicales.

Une audience en urgence a été demandée à la DASEN. En attendant cette audience, les collègues ont formulé cette motion unanime :

« Nous, enseignants des écoles maternelles Camus, Casalis, Jeu de Paume, Savignat, La Habette, avons demandé une audience en urgence auprès de la DASEN, accompagnés par nos organisations syndicales SNUipp-FSU et Snudi-FO, à propos du protocole de l’association "Agir pour l’école". Les représentants de la DSDEN demandent à nos collègues de Grande section d’appliquer dès la rentrée des vacances de février 2020.

Nous rappelons qu’aucun professeur des écoles concerné ne s’est porté volontaire pour mettre en place ce projet.

Dans l’attente de la date de l’audience, nous ne nous engagerons pas dans ce protocole. »

Une Réunion d’Information Syndicale intersyndicale (le SNUipp-FSU invitera les autres organisations syndicales à s’y joindre) est d’ores et déjà prévue :

JEUDI 27 février 2020 à 17h
Maison départementale des syndicats
11-13 rue des Archives à CRETEIL

Nous y rappellerons tout d’abord notre cadre statutaire face à ce types de demandes :

  • Des associations extérieures à l’Education nationale, par ailleurs liées à de grandes entreprises, n’ont pas à dicter leur loi aux enseignants et à l’école de la République
  • Seuls les programmes s’imposent aux enseignants : en l’occurrence pour la maternelle il s’agit de ceux de 2015.
  • Dans ce cadre, la liberté pédagogique des enseignants est garantie par la loi.
  • Pour le reste, le ministère peut proposer des formations, peut inviter des enseignants à participer à tel ou tel dispositif pédagogique, mais il ne peut aucunement s’agir de près ou de loin d’une obligation.
  • Nous nous interrogeons par ailleurs sur la conjonction entre la constitution de la "cité éducative" du Mont-Mesly à Créteil et l’intrusion de cette officine.
A la CAPD du jeudi 6 février, les organisations syndicales ont interpelé la DASEN à ce sujet (en audience syndicale pour le SNUipp-FSU, puis en séance) : la DASEN a répondu que "il n’y aura pas de pression ni de remise en cause de la liberté pédagogique des enseignants". "C’est la procédure habituelle de présentation d’un dispositif de formation, il n’y a aucune obligation".

Motion de conseil d’école / conseil des maîtres
pour demander à ne pas entrer dans le dispositif

Word - 18.1 ko

Motion de demande de sortie du dispositif

Word - 18.2 ko
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 13


SNUipp-FSU 94, Maison départementale des Syndicats,
11/13 Rue des Archives, 94000 CRÉTEIL (M° Créteil Préfecture)

Téléphone : 01 49 56 97 10

CAPD (carrières et questions individuelles)
Emmanuelle Jollet : 06 30 84 20 25
Thierry Guintrand : 06 60 21 22 19
Julia Andres : 07 67 70 35 02

CTSD (carte scolaire et questions collectives)
Cyrille Micheletta : 06 34 60 15 83
Marion Fouret : 06 75 00 42 02
Dominique Angelini : 06 20 54 36 61
Claudia Faddeeff : 06 07 44 45 64

CHSCT (sécurité et conditions de travail)
Cécile Quinson : 06 26 30 36 09
Marie Plaza : 06 50 53 81 78

CAAS (commission académique d’action sociale)
Patrice Leguérinais : 06 10 13 74 31

AESH (commission départementale AESH)
Magalie Trarieux : 07 83 85 68 70

Courriel : snu94@snuipp.fr

La section est située au 5ème étage, bureau 518