Retour accueil

Vous êtes actuellement : Action syndicale 


Envoyez un courriel à votre député-e : retraite par points, c’est toujours NON !

Pendant les vacances, continuez à vous faire entendre

jeudi 26 décembre 2019

Envoyez un courriel à votre député-e : retraite par points, c’est toujours NON !
Pendant les vacances, continuez à vous faire entendre

En parallèle des actions organisées où vous vous trouvez pendant vos vacances, le SNUipp-FSU 94 a rédigé pour vous un modèle de courriel à votre député-e et vous invite à l’envoyer dès que possible ! Avant la reprise des actions et des grèves les 9 et 10 janvier (voir l’appel intersyndical départemental) si le gouvernement ne retire pas son plan d’ici là !

(coordonnées de votre député et liste des circonscriptions ci-dessous)

Nom ……………
Prénom ………………..
Commune d’habitation …………………..
Madame la députée / Monsieur le député

Le rapport Delevoye a défini les contours de la réforme systémique des retraites voulue par le président de la République. Derrière un discours « d’équité », il prévoit une baisse drastique de nos pensions, le recul de l’âge effectif de départ - fût-il qualifié de « pivot » - et l’allongement de la durée d’assurance.

La revalorisation promise par le ministre de l’Education Nationale n’en est pas vraiment une ; aucune garantie chiffrée sur le montant des pensions, des mesures qui conduiront à diviser les collègues et à attaquer le statut de la fonction publique (prime au “mérite” basée sur les résultats aux évaluations, à la docilité et promouvant un parcours individualisé ? nouvelles missions ? mobilité forcée ? augmentation du temps de travail ?).

En réalité, ce qui est en jeu pour le gouvernement, c’est de placer un verrou sur nos pensions pour les faire entrer dans un cadre budgétaire contraint, le montant de celles- ci devenant la variable d’ajustement automatique, tout en allégeant les cotisations des employeurs. En annonçant la limitation à 14 % de la part du PIB consacré aux pensions, alors que le nombre de personnes à la retraite va augmenter, nous irions vers une baisse moyenne des pensions à venir.
La retraite par points, c’est la retraite en monnaie de singe pour tous ! La « garantie d’indexer la valeur du point sur les salaires » est une mesure qu’un parlement pourra remettre en cause à tout moment, d’autant que d’autres leviers sont activables pour baisser les pensions (valeur d’achat du point, mais surtout recul de l’âge pivot). Il n’est qu’à voir comment la loi concernant l’indexation des pensions sur la base de la hausse du salaire annuel moyen (et, pour les fonctionnaires, sur la valeur du point d’indice) est passée à une indexation sur la base de l’indice INSEE du coût de la vie (mesure moins favorable) qui n’est même pas respectée. En définitive des promesses n’engageant que celles et ceux qui veulent y croire…

Ce changement de système n’est pourtant absolument pas nécessaire pour garantir une retraite de haut niveau à toutes et à tous. Il n’y a pas de problème structurel de financement des retraites : si certains régimes sont en déséquilibre transitoire jusqu’en 2035, pour des raisons démographiques (paysans ou commerçants-artisans notamment), le système actuel des retraites n’est absolument pas en cause.

Le plan Macron-Delevoye, en baissant le niveau des pensions, c’est l’incitation à se constituer une épargne retraite individuelle par capitalisation. La multiplication des annonces publicitaires émanant des compagnies d’assurance visant à se constituer une épargne-retraite individuelle montre que « le message est bien passé » !

Cette réforme serait donc catastrophique pour l’ensemble des salarié-es. Mais pour les fonctionnaires tout particulièrement avec la disparition du calcul sur les 6 derniers mois, seul à même de garantir des retraites décentes à partir des carrières de la fonction publique, très en deçà de celles du privé.

Parmi les fonctionnaires, ce sont les enseignant-es qui seraient les plus touché-es, notamment dans le 1er degré. Il a fallu la mobilisation des enseignants pour qu’enfin le gouvernement sorte du bois, et, tout en dénonçant les calculs des syndicats comme étant des “fake news” (qu’il aurait été pourtant aisé de démentir avec des données chiffrées) et admettre qu’il avait un problème. Le Premier ministre renvoie à des discussions sur les carrières et les métiers, ne levant le flou ni sur les compensations, ni sur la revalorisation et confirmant ainsi les propos du ministre de l’Éducation nationale sur des contreparties inacceptables liées aux missions et au temps de travail.

Cela ne répond aucunement au besoin de revaloriser les salaires des enseignantes et des enseignants des écoles. Les enseignant.es revendiquent une revalorisation immédiate des salaires ! Le dégel du point d’indice et l’augmentation du salaire doivent absolument être déconnectés d’une réforme des retraites !

Avec des milliers de mes collègues du Val-de-Marne dans l’action (manifestations, grèves, etc.), je revendique :

  • le maintien d’un système de solidarité intergénérationnelle à prestations définies avec un départ à 60 ans et 75% du dernier revenu d’activité, pour 37,5 annuités, avec la prise en compte des périodes d’étude et de stages ;
  • la référence au calcul de la pension sur la rémunération détenue depuis 6 mois en raison de la spécificité des carrières des fonctionnaires et de leur statut. En effet, les rémunérations des fonctionnaires progressent tout au long de leur carrière, en commençant avec des rémunérations faibles, selon des grilles pré établies évitant des négociations avec la hiérarchie. Cela les protège de l’arbitraire et ainsi garantit leur neutralité dans l’exercice de leur mission de service public ;
  • l’abandon immédiat de la décote et de la surcote, l’amélioration des droits familiaux (prise en compte des enfants, réversion...) ;
  • l’amélioration de la situation des polypensionné-es par des mécanismes adaptés ;
  • la suppression des inégalités entre les femmes et les hommes ;
  • l’indexation des pensions sur l’évolution du salaire moyen, indispensable pour permettre aux retraité-es de ne pas voir leur pouvoir d’achat décrocher par rapport aux salarié-es.

Recevez l’expression de mon attachement à l’école publique et laïque ainsi qu’au principe d’un système de retraite solidaire intergénérationnel.

Nom et groupeCirconscriptionCourrielTwitterSite webPosition sur la réforme
Descrozaille Frédéric, LREM (La République en Marche) 1ère circonscription : Bonneuil-sur-Marne - Champigny-sur-Marne-Ouest - Créteil-Nord - Saint-Maur-des-Fossés-Centre - Saint-Maur-des-Fossés-Ouest - Saint-Maur-La Varenne ici ici ici Pour (majorité présidentielle)
Mbaye Jean François, LREM 2ème circonscription : Choisy-le-Roi - Créteil-Ouest - Créteil-Sud - Orly ici ici ici Pour (majorité présidentielle)
Saint-Martin Laurent, LREM 3ème circonscription : Boissy-Saint-Léger - Valenton - Villecresnes - Villeneuve-le-Roi - Villeneuve-Saint-Georges ici ici ici Pour (majorité présidentielle)
Petit Maud, MODEM (Mouvement démocrate) 4ème circonscription : Chennevières-sur-Marne - Ormesson-sur-Marne - Sucy-en-Brie - Villiers-sur-Marne ici ici Pour (majorité présidentielle)
Carrez Gilles, LR (Les Républicains) 5ème circonscription : Bry-sur-Marne - Champigny-sur-Marne-Centre - Champigny-sur-Marne-Est - Nogent-sur-Marne - Perreux-sur-Marne ici ici Contre le projet de la majorité (mais défend une réforme qui allonge l’âge de départ à 65 ans)
Gouffier-Cha Guillaume, LREM 6ème circonscription : Fontenay-sous-Bois-Est - Fontenay-sous-Bois-Ouest - Saint-Mandé - Vincennes-Est - Vincennes-Ouest ici ici ici Pour (majorité présidentielle)
Bridey Jean-Jacques, LREM 7ème circonscription : Chevilly-Larue - Fresnes - L’Haÿ-les-Roses - Thiais - Rungis ici ici ici Pour (majorité présidentielle)
Herbillon Michel, LR 8ème circonscription : Charenton-le-Pont - Joinville-le-Pont - Maisons-Alfort-Nord - Maisons-Alfort-Sud ici et ici Pas de prise de position publique identifiée
Carvounas Luc, PS (Parti socialiste) 9ème circonscription : Alfortville-Nord - Alfortville-Sud - Vitry-sur-Seine-Est - Vitry-sur-Seine-Ouest ici et ici ici ici Contre (source : lettre du député)
Panot Mathilde, LFI (La France Insoumise) 10ème circonscription : Ivry-sur-Seine-Est - Ivry-sur-Seine-Ouest - Kremlin-Bicêtre - Vitry-sur-Seine-Nord ici ici ici Contre (source : intervention à l’assemblée, participation aux actions de l’intersyndicale)
Gaillot Albane, apparentée LREM 11ème circonscription : Arcueil - Cachan - Villejuif-Est - Villejuif-Ouest ici ici ici Pour (majorité présidentielle)
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 9


SNUipp-FSU 94, Maison départementale des Syndicats,
11/13 Rue des Archives, 94000 CRÉTEIL (M° Créteil Préfecture)

Téléphone : 01 49 56 97 10

CAPD (carrières et questions individuelles)
Emmanuelle Jollet : 06 30 84 20 25
Thierry Guintrand : 06 60 21 22 19
Julia Andres : 07 67 70 35 02

CTSD (carte scolaire et questions collectives)
Cyrille Micheletta : 06 34 60 15 83
Marion Fouret : 06 75 00 42 02
Dominique Angelini : 06 20 54 36 61
Claudia Faddeeff : 06 07 44 45 64

CHSCT (sécurité et conditions de travail)
Cécile Quinson : 06 26 30 36 09
Marie Plaza : 06 50 53 81 78

CAAS (commission académique d’action sociale)
Patrice Leguérinais : 06 10 13 74 31

AESH (commission départementale AESH)
Magalie Trarieux : 07 83 85 68 70

Courriel : snu94@snuipp.fr

La section est située au 5ème étage, bureau 518