Retour accueil

Mouvement 2019 : un projet de circulaire qui ne peut rester en l’état !!!

jeudi 24 janvier 2019

Mouvement 2019 : un projet de circulaire qui ne peut rester en l’état !!!

  • La circulaire en elle même ressemble à celle de l’année dernière, même s’il faut tirer au clair la phrase suivante : « La phase informatisée du mouvement ayant vocation à affecter un maximum d’enseignants à titre définitif, l’ensemble des participants obligatoires aura à formuler obligatoirement un vœu large. Ce vœu large pourra porter sur une zone géographique ou sur une nature de poste. » Parle-t-on bien de la phase d’ajustement à titre provisoire ?
Nota après la tenue du GT : nos craintes antérieures au GT étaient bien fondées. L’objectif affiché de l’administration est bien de « placer le plus grand nombre de participants au mouvement à titre définitif ». Il s’agit de forcer la main aux collègues, en les obligeant à faire « un voeu large » (la DASEN a au départ évoqué un voeu zone 1 ou 2 obligatoire, dans l’ouest du département).

Cela veut dire qu’à partir d’un certain niveau de barème, celui-ci se retournerait contre les collègues !!! En effet, il y aura toujours des participants qui n’auront pas été nommés à titre définitif à l’issue du mouvement principal : l’administration en a même besoin pour couvrir les postes qui se libèrent (pour toutes sortes de raison) entre le mouvement principal et la rentrée.

Ainsi, il y aurait trois groupes de participants au mouvement :

  • les plus barémés, qui auraient un TD correspondant leurs voeux
  • puis ceux qui auraient un barème suffisant pour être à titre définitif, mais pas suffisant pour que celui-ci soit dans leurs voeux "volontaires" (les T1, T2, T3, sans bonifications...) : ils seraient donc placés A TITRE DÉFINITIF sur des communes ou des types de postes dont le voeu leur aurait été imposé !!!
  • enfin les très faiblement barémés, qui eux éviteraient le TD "imposé" et avec un peu de chance, se retrouveraient à titre provisoire sur des postes plus proches de leurs voeux réels que ceux ayant un barème légèrement supérieur...

Pour le SNUipp-FSU, il est absolument inacceptable que le barème puisse ainsi SE RETOURNER CONTRE LES COLLÈGUES !

  • Le mouvement aurait lieu du 6 au 17 mars (soit débutant la première semaine de vacances d’Hiver). Comme l’année dernière, les collègues n’ayant pas un poste à titre définitif (dont les EFS) ou l’ayant perdu (congé parental ou CLD de plus d’un an, arrivée par permutation...) et devant obligatoirement participer au mouvement devront remplir une fiche de voeu « pour la phase d’ajustement », donc à titre provisoire.

Les véritables nouveautés sont dans le barème, dont une bombe :
la quasi disparition de l’AGS dans la constitution du barème !!!

  • Toutes les priorités seraient transformées en points :
    • 600 points pour les priorités carte scolaire, "dégressives par cercles concentriques" (ancienne priorité 1)
    • 500 points pour une mesure de carte scolaire directeurs : changement de groupe indemnitaire, de quotité de décharge, jusqu’à combien de classes ?
    • 400 points pour la RQTH (ancienne priorité 3)
    • 300 points priorité carte scolaire N-1 (ancienne priorité 4)
    • 200 points pour les anciennes priorités 5 et 6 : la différence de priorité commune / reste du département disparaîtrait donc.
    • 100 points pour retour de CLD, congé parental, dispo, détachement (ancienne priorité 7)
    • 40 points de bonifications médicale (ancienne bonif de 15 points)
  • Un « agent sollicitant un rapprochement avec le détenteur de l’autorité parentale conjointe dans l’intérêt de l’enfant » bénéficierait de 150 points de bonification.
  • 45 points en REP et 90 points en REP+ ou en QPV après 5 ans d’exercice.
Si le SNUipp-FSU ne peut que partager cette volonté de prendre en compte un service effectué en zone difficile, il faut clarifier cette définition de QPV. S’agit des villes en "Zone violence" ? Si c’est le cas, rappelons que toute la commune de Créteil ou tout le Kremlin Bicêtre sont en Zone violence, quand tous les quartiers de Villejuif, Fontenay ou Gentilly n’y sont pas.
  • 20 points pour les collègues (on peut supposer à titre définitif) "exerçant dans un territoire ou une zone rencontrant des difficultés particulières de recrutement", soit les zones 1 et 2 (ouest du département)
On serait tenté de dire "20 points seulement" ?

  • 5 points pour réitération de son premier voeu...

La petite bombe de cette circulaire

  • 1 seul point par année d’AGS ! + 2 points par an pour enseigner à TP en ASH + 10 points par tranche de 5 ans d’ancienneté dans le département + 1 point par enfant -18 ans...
Il s’agit donc d’une minorisation très importante de l’AGS qui devient un élément presque secondaire dans le barème
  • Et pour finir une usine à gaz : un "rapprochement de conjoint" interne au département, "dont la résidence administrative est dans un département limitrophe du Val de Marne : points sur les vœux de la zone la plus proche de la résidence administrative". On entend par "résidence administrative" le lieu de travail du conjoint.
Concrètement cela veut dire que, quel que soit mon lieu d’habitation, si mon conjoint travaille à Paris (et puisque la zone 5 est limitrophe à Paris par Saint Mandé), je bénéficierais d’une bonification de 10 points par an pour Le Plessis Trévise ! Alors que si j’habite au Plessis Trévise et que mon conjoint y travaille, je ne bénéficierais d’aucune bonification !!! A n’y rien comprendre !!!

Le SNUipp-FSU interviendra dans le Groupe de travail qui se tiendra Vendredi 25 janvier après midi pour faire évoluer profondément la circulaire sur les points que nous avons pointés.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 630


SNUipp-FSU 94, Maison départementale des Syndicats,
11/13 Rue des Archives, 94000 CRÉTEIL (M° Créteil Préfecture)

Téléphone : 01 49 56 97 10

CAPD (carrières et questions individuelles)
Emmanuelle Jollet : 06 30 84 20 25
Thierry Guintrand : 06 60 21 22 19
Julia Andres : 07 67 70 35 02

CTSD (carte scolaire et questions collectives)
Cyrille Micheletta : 06 34 60 15 83
Marion Fouret : 06 75 00 42 02
Dominique Angelini : 06 20 54 36 61
Claudia Faddeeff : 06 07 44 45 64

CHSCT (sécurité et conditions de travail)
Cécile Quinson : 06 26 30 36 09
Marie Plaza : 06 50 53 81 78

CAAS (commission académique d’action sociale)
Patrice Leguérinais : 06 10 13 74 31

AESH (commission départementale AESH)
Magalie Trarieux : 07 83 85 68 70

Courriel : snu94@snuipp.fr

La section est située au 5ème étage, bureau 518