Retour accueil

Vous êtes actuellement : L’école  / Remplaçant-es 


Un "groupe de travail" sur les remplaçant-es trié sur le volet

jeudi 22 novembre 2018

P‌ar un courriel envoyé sur la boite professionnelle individuelle de trois responsables syndicaux une semaine après les vacances de la Toussaint (Thierry Guintrand pour le SNUipp-FSU 94, Luc Bénizeau pour le Snudi-FO 94 et Clément Peyrottes pour le Se-UNSA 94), la DSDEN 94 invitait ces trois organisation syndicales à participer à un comité de suivi sous la forme d’un groupe de travail sur le remplacement, suite aux problèmes rencontrés dans la fusion des ZIL et BD. Aucune date ni lieu n’y était spécifié.

Pour mémoire, le SNUipp-FSU 94 est intervenu de nombreuses fois, avec le Snudi-FO 94 et la CGT Educ’action 94, pour dénoncer cette fusion des missions, dans les instances paritaires (CAPD) comme au CTSD.

Nous avions prévenu sur le manque d’attractivité pour ces postes, avec des missions très différentes (remplacement court/remplacement long) sur des zones étendues du département (5 zones déterminées dans le département) : celle-ci s’est avérée effective puisque pour la plupart, les nouveaux postes identifiés "BD" sont bien occupées par des T1 ou des collègues avec peu d’ancienneté.

Malgré tout le professionnalisme des agents mobilisés dans le pôle remplacement, la gestion totalement départementalisée pose problème : les directions d’écoles ne savent pas si les collègues absents vont être remplacés au moment où ils préviennent les secrétariats de circonscription. Ils sont donc contraints de prévoir l’accueil et la répartition des élèves, alors même qu’un personnel BD peut arriver sur l’école peu de temps (ou très longtemps) après le début des classes, selon son lieu d’affectation en école de rattachement et ses capacités de mobilité : transports en commun, voiture, vélo...

Mais au-delà de cette problématique inhérente au choix opéré par la DASEN du 94 l’an dernier, ce qui interroge c’est la question démocratique et la méthode : un groupe de travail est l’émanation d’une instance, que ce soit de la CAPD ou du CTSD. La nature et l’implantation des postes étant du ressort du CTSD, il est donc logique qu’un Groupe de Travail sur le sujet soit bien l’émanation du CTSD. Et donc que l’ensemble des organisations syndicales élues en CTSD y soient conviées ! Ce n’est pas à l’administration de décider de la représentation des enseignants !

Et pourtant, la CGT Educ’action 94 n’a pas été destinataire du premier courriel annonçant la tenue d’un GT sur la question, courant novembre.

Puis ni le SNUipp-FSU 94, ni le Snudi-FO 94, ni la CGT Educ’action 94 n’ont été destinataires d’aucune convocation annonçant la tenue d’un GT ce mercredi 21 novembre à 14h30 !

Prévenus sur les réseaux sociaux par certains collègues, nous avons décidé de nous rendre malgré tout à cette réunion "secrète"...

Suite à la lecture d’une déclaration commune de nos 3 organisations syndicales en début de séance (voir en fin d’article), le secrétaire général de la DSDEN 94 M.Kakouski a tenté de se justifier en expliquant d’abord que « tout le monde était bienvenu » (était-ce une AG ?) et que « la CGT aurait pu venir » (sans être au courant ???).

Il s’est ensuite lancé dans une explication alambiquée pour justifier que tout le monde n’ait pas été convié, en finissant par dire que le GT n’était pas un GT mais un "comité de suivi" (voir pourtant la photo), reconnaissant implicitement qu’il n’avait pas à respecter la représentativité syndicale ! Comprenant que nous n’allions pas rester autour de la table, Monsieur le secrétaire général a regretté notre départ : nous ne pouvions évidemment pas siéger dans ces conditions !

En cette période de remise en cause du paritarisme par le gouvernement (et bien que les élections professionnelles commencent la semaine prochaine), il est extrêmement préoccupant que le Se-UNSA n’ait rien eu à redire à cette manière de faire et ne se soit pas associé à cette simple déclaration !

La question du respect des instances est fondamentale et nous savons que nous allons avoir à mener des batailles intenses autour de cette question. Nous ne pourrons gagner sur ce point comme sur beaucoup d’autres qu’en étant unitaires et opposés aux manœuvres de division.


GT REMPLACEMENT du 21 novembre
déclaration commune
du SNUipp-FSU 94, Snudi-FO 94 et de la CGT Educ’action 94

Les organisations syndicales Snudi-FO 94, SNUip-FSU 94 et CGT Educ’action 94 tiennent à faire part de leur étonnement devant les conditions pour le moins partiales dans lesquelles ce groupe de travail sur le remplacement, annoncé lors du CTsD, est convoqué.

Sur les 4 organisations syndicales représentées au CTsD, seule une a été destinataire de la date, et de l’heure de la tenue du GT.

Nos 3 organisations n’ont pas eu ce privilège. La CGT a même été écartée d’office. La représentation des personnels issue des dernières élections professionnelles, est totalement défigurée.

Nos organisations se sont opposées fermement à la suppression des ZIL dans notre département et nous demandons le rétablissement de la distinction ZIL BD et la gestion des remplacements courts par les secrétaires de circonscription. Nous rappelons que le décret n° 2017-856 du 9 mai 2017 relatif à l’exercice des fonctions de remplacement des enseignants du premier degré laisse toute liberté à la direction académique de maintenir des zones correspondant aux circonscriptions et de maintenir les ZIL. D’ailleurs, dans plusieurs départements les ZIL ont été maintenus.
Au bout du compte la seule organisation syndicale qui a disposé des informations concernant la tenue de ce GT est celle qui ne s’est pas opposée à la suppression des ZIL.

Comment ne pas établir de lien entre les conditions de convocation de cette réunion et les positions défendues par nos organisations ?

Nous tenons à mettre en garde la direction académique sur un glissement dangereux qui voit l’employeur choisir les représentants des personnels en fonction de ses affinités.

Nous ne pouvons que nous interroger sur le but réel de ce GT, convoqué dans de telles conditions, une semaine avant les prochaines élections professionnelles.

Nous demandons la tenue d’un CTSD avec cette question à l’ordre du jour.

Créteil le 21 novembre à 14h30

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 13


SNUipp-FSU 94, Maison départementale des Syndicats,
11/13 Rue des Archives, 94000 CRÉTEIL (M° Créteil Préfecture)
Téléphone : 01 49 56 97 10
Portables : 06 30 84 20 25 (Emmanuelle), 06 26 30 36 09 (Cécile CHSCT), 06 60 21 22 19 (Thierry)
Courriel : snu94@snuipp.fr

La section est située au 5ème étage, bureau 518.