Retour accueil

Vous êtes actuellement : Action syndicale  / Vie des circonscripitons 


Compte-rendu d’audience avec l’IEN de Nogent-Joiville-Le Perreux

mercredi 24 octobre 2018

Compte-rendu d’audience avec
Mme l’IEN de Joinville, Nogent, Le Perreux

Une délégation du SNUipp-FSU 94 a rencontré Madame l’Inspectrice de Nogent, Joinville, Le Perreux.

1) Sur le point des surveillances de récréations en élémentaire

Le SNUipp-FSU fait part de remontées des collègues de la circonscription sur les injonctions d’organisation des temps de récréations.

L’IEN suppose que, au vu du nombre d’accidents pendant les récréations, le nombre d’enseignants sur certains services de cour est insuffisant.

Elle a indiqué à la délégation que ce n’était en aucun cas des injonctions et obligations mais seulement des préconisations. Elle nous a expliqué s’être servie d’un tableau statistique fait l’an dernier sur le nombre d’accidents scolaires dans les écoles de la circonscription.

Elle admet qu’il n’existe pas de texte contraignant et que la décision de l’organisation de la surveillance émane du conseil des maîtres ; elle a réalisé un échange avec chacun de ses directeurs/trices, sur la base du graphique.

Le SNUipp-FSU 94 a invité Mme l’IEN à prendre en compte les différentes causes d’accidentologie car les accidents ne sont forcement liés à un manque de surveillance. D’autres facteurs comme l’état des sols peuvent aussi être interrogés.

Mme l’IEN a admis avoir vu de petites cours dans lesquelles une seule personne suffit, et qu’il est certain que certains accidents se font plus sur le temps de cantine que sur le temps scolaire, et qu’il est nécessaire de traiter ce problème avec les services concernés par la surveillance de ce temps là.

La délégation a indiqué à Mme l’IEN que les inquiétudes des collègues venaient des adjoints comme des directeurs.

Mme l’Inspectrice nous a assuré que ses entretiens avec les directions se sont très bien passés, et n’estime pas qu’il y ait un problème dans son pilotage. Bien que certains directeurs(trice)s lui répondent que « ça a toujours fonctionné comme ça », elle doit veiller à la sécurité des élèves.

La délégation a rappelé que les équipes sont soucieuses comme elle de la sécurité des élèves et s’organisent d’abord en fonction de cela. Si cette question est importante, il faut réfléchir également au temps de travail des enseignants et au nécessaire besoin de cette petite pause qui peut s’organiser grâce aux échanges de service pendant les récréations.

Les préconisations vécues comme des injonctions ne peuvent apporter un climat de travail serein, pourtant essentiel dans notre métier.

Madame l’IEN nous a affirmé qu’elle va y retravailler avec les directeur(trice)s, qu’ils vont travailler différemment l’année prochaine. Mais selon elle, c’était « une urgence » à gérer pour la rentrée.

2) Sur le point des récréations en maternelle

Madame l’IEN nous dit se baser sur un outil sur les temps d’éducation et d’apprentissage en école maternelle. Elle a revu ce point avec Mme Denizard, IEN Maternelle sur le département.

Une pratique historique dans certaines écoles était de faire une récréation juste après la sieste. Le problème est que dans une école cela réduisait le temps d’apprentissage à 30 minutes l’après midi sur 3 heures prévues, elle ne pouvait selon elle pas valider cette proposition. Dans une autre école il y a 2h30 de classe et une récré vers 16h. Un temps de récré de 15 à 30 minutes est possible dans l’après midi : cela lui semble correct. Un temps calme aménagé est aussi une solution.

L’Inspectrice parle de réinterroger les pratiques. Elle indique que les équipes en général ont réfléchi sur ces temps selon ses préconisations, mais que cela a pu être fait dans l’urgence. A Joinville il y a une charte des ATSEM, c’est l’intérêt des élèves qui doit primer.

Le SNUipp-FSU 94 lui demande si elle entend que certaines équipes ou directions chevronnées ont pu le comprendre comme une injonction.

Elle indique que cela ne se reproduira pas, dans les CR de réunions de direction, cela apparaissait comme non obligatoire. Elle dit donner pour sa part des axes d’engagement et d’accompagnement.

Le SNUipp-FSU 94 l’ invite à faire confiance aussi aux équipes car ce sont pour la plupart des enseignants chevronnés. Si des difficultés se posent, il faut aller voir du coté des conditions de travail et des questions de santé au travail : il faut interroger le personnel. Elle a indiqué qu’elle a ainsi accompagné 12 personnes pour des questions personnelles l’an dernier. Nous lui répondons qu’effectivement nous avons reçu des commentaires positifs sur son accompagnement et c’est important ; cependant des collègues ont aussi exprimé des inquiétudes à l’approche des inspections.

3) Sur le rendez-vous de carrière

Mme l’IEN indique qu’il y a eu « 2-3 cas d’entretiens de carrières mal passé pour des problèmes de positionnement des enseignants » mais les 63 autres se sont bien passés. Les désaccords se sont produits sur l’évaluation du parcours professionnel. Elle est revenue sur certains commentaires car elle ne connaissait pas tous les éléments du dossier et parcours des collègues.

Le SNUipp-FSU 94 lui rappelle que de nombreux collègues (et pas 2 ou 3) nous ont contacté, qu’ils et elles ont peur, sont inquiets de leurs inspections.

Mme l’IEN nous indique avoir organisé deux réunions d’information à la rentrée pour parler du PPCR, seuls 2 collègues parmi les « inspectables » ne sont pas venus (45 présents sur 47). Elle a donc modifié certains PPCR l’an dernier car elle a demandé des éléments mais elle avoue que « ça s’est fait en catastrophe ». Cette année cela se passera différemment.

Elle reconnaît une trop grande sévérité dans son maniement et que le défaut a pu être dans ses préconisations, trop longues, par rapport à la première partie sur « le positif qui était résumé en deux phrases ». Elle a envoyé les axes à ceux qui le demandaient suite à la lecture du rapport.

Mme l’Inspectrice indique qu’il y a eu effectivement frustration et une déception improductive. Elle laisse la possibilité aux enseignants qui le souhaitent de faire une auto évaluation avant le rendez-vous.

Nous lui rappelons l’enjeu de ces rendez-vous de carrière, seul moment où les enseignants ont un regard extérieur sur leur pratique : les enseignants ont besoin de bienveillance et de reconnaissance !

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Visiteurs connectés : 14


SNUipp-FSU 94, Maison départementale des Syndicats,
11/13 Rue des Archives, 94000 CRÉTEIL (M° Créteil Préfecture)
Téléphone : 01 49 56 97 10
Portables : 06 30 84 20 25 (Emmanuelle), 06 26 30 36 09 (Cécile CHSCT), 06 60 21 22 19 (Thierry)
Courriel : snu94@snuipp.fr

La section est située au 5ème étage, bureau 518.